DIALOGUE SUR L'ALUMINIUM

L'efficacité énergétique pour une meilleure productivité

Le procédé de base utilisé dans toutes les alumineries au monde pour la transformation de l’alumine en aluminium est un procédé d’électrolyse. Ce procédé consiste en la séparation des produits désirés par le passage d’un courant électrique continu à haute intensité dans un bain à base d’alumine. L’électricité est donc essentielle à la production de l’aluminium. 

En fait, 30 % à 40 % des coûts de production de l’aluminium primaire sont consacrés à l'énergie. Au Québec, la production d’une tonne d’aluminium requiert moins d’énergie qu’ailleurs dans le monde, l’utilisation de l’énergie est donc plus efficace.

Un aluminium primaire des plus efficaces

Depuis les vingt dernières années, le prix de l’aluminium – déterminé sur les marchés internationaux - a baissé en termes réels. La viabilité des producteurs passe donc de façon impérative par des réductions de coûts et des améliorations de productivité, notamment sur le plan de l’intensité énergétique. En termes d’efficacité énergétique, la production d’aluminium québécois se situe dans la moyenne internationale. En effet, en 2011, on comptait en moyenne 14 700 kWh pour produire une tonne d’aluminium au Québec, soit globalement le même niveau que la moyenne mondiale. L’efficacité énergétique du Québec est attribuable notamment aux modernisations continues du parc de production québécois, de même qu'à l'application de plusieurs innovations en matière d'efficacité énergétique.

Évolution de l’efficacité énergétique de la production d’aluminium dans le monde (kWh/tonne)

Sources : International Aluminium Institute, Association de l’aluminium du Canada.

Note : La donnée pour le Québec inclut celles pour les alumineries de Beauharnois et Baie-Comeau dont la fermeture et la réfection respective auront un impact positif sur la position des alumineries québécoises.

L'Édito du président

Dernières Nouvelles