DIALOGUE SUR L'ALUMINIUM

Des perspectives intéressantes

L’aluminium est une industrie d’avenir dont le succès repose en grande partie sur sa capacité d’innover et de se positionner à titre de métal par excellence dans le domaine du développement durable. Ses immenses qualités intrinsèques militent déjà en faveur d’un tel positionnement.

La recherche et le développement
Au moment où la science et la technologie évoluent à un rythme inégalé, il faut constamment repousser les frontières de la connaissance et multiplier les applications des découvertes pour demeurer en tête du peloton des industries les plus innovatrices. L’industrie de l’aluminium y consacre donc des ressources et des efforts en recherche et développement, surtout dans les secteurs liés à la production et à la transformation de l’aluminium.

Au Canada – particulièrement au Québec – les entreprises du secteur investissent beaucoup d’argent et d’énergie afin de contribuer à la recherche dans le domaine de la transformation de l’aluminium et dans le but de mettre au point des usages novateurs de ce métal d’avenir.

Des efforts collectifs
Chacune des entreprises mène ses propres projets de recherche et y consacre des budgets très importants. Au-delà de ces efforts individuels, l’industrie contribue de plusieurs façons au travail en réseau. Elle collabore avec un grand nombre d’établissements universitaires et de centres de recherche. Ces travaux portent sur l’innovation dans plusieurs domaines, par exemple l’amélioration constante des procédés de fabrication de l’aluminium, la diminution des coûts de production, la formation de la main-d’œuvre et la recherche de nouvelles utilisations de l’aluminium.

L’industrie de l’automobile
L’automobile est un exemple très actuel du potentiel de croissance intéressant de l’aluminium. Les constructeurs automobiles cherchent constamment à fabriquer des véhicules moins énergivores et répondre ainsi à des normes de plus en plus sévères en matière environnementale. L’obligation imposée aux constructeurs automobiles des pays industrialisés de réduire le poids de leurs véhicules, toutes catégories confondues, présage d’un avenir particulièrement intéressant pour l’aluminium. Un kilo d’aluminium peut remplacer environ deux kilos d’acier ou de fer dans la plupart des applications automobiles. L’aluminium a d’ailleurs dépassé le plastique en 2000 pour devenir la troisième matière la plus utilisée dans les automobiles.

601 1
L’industrie collabore avec un grand nombre d’établissements universitaires et de centres de recherche à des travaux portant entre autres sur l’amélioration des procédés de fabrication de l’aluminium, la diminution des coûts de production, la formation de la main-d’œuvre et la recherche de nouvelles utilisations de l’aluminium.

L'Édito du président

Dernières Nouvelles